Australie

Le PVT Australie, le paradis?

AUSTRALIE PVT

Pour cet article, pas de road trip, mais quelques conseils pour un PVT réussi. Je vous parle du camping sauvage, de la recherche d’emploi et de bénévolat. L’Australie est le pays de tous les fantasmes. On connait tous quelqu’un qui est parti arpenter ses routes ou se baigner dans ses eaux claires. C’est vrai, beaucoup de personnes partent visiter ce magnifique pays, et particulièrement les français. A tel point que certaines personnes pensent que partir en PVT Australie est finalement un peu surfait. Vraiment?

Le rêve australien

Je dois dire que je suis partie avec des rêves plein la tête. Ce pays était devenue une obsession à force de faire des recherches. La beauté des paysages, le DreamTime aborigène, ces déserts sans fin. De plus, je lisais partout que ce pays était l’Eldorado des français, qu’on trouvait facilement un travail, que le salaire minimum était de 22$ de l’heure, que les Australiens étaient les personnes les plus gentilles au monde et qu’il faisait beau tout le temps. (Ça vous donne pas envie à vous?)

Mais comme vous pouvez vous en douter, je suis légèrement idéaliste et j’ai du faire face à pas mal de déconvenues une fois sur place. C’est pourquoi j’ai décidé de vous raconter mon aventure ici, pour que mon expérience puisse aider ne serait-ce qu’une personne.

Mon plan de départ: prendre un aller simple, ne jamais revenir et vivre une vie parfaite au pays des kangourous.
La réalité: 1 an de vadrouille qui laissera un souvenir inoubliable, mais aussi 500$ d’amende, pas de travail, des couchers de soleil à couper le souffle, pas d’appart à moins de 300$ la semaine, la ligne droite la plus longue du monde, des nuits à 10°, des australiens particulièrement attachants, des interdictions de dormir dans sa voiture un peu partout…

 

« Il n’y a qu’une façon d’apprendre: c’est par l’action. Tout ce que tu avais besoin de savoir, c’est le voyage qui te l’a enseigné. » – Paulo Coelho

 

Quelques bonnes adresses

Où faire du camping sauvage en Australie?

Comme vous l’aurez compris, si l’Australie est un vrai paradis, les backpackers peuvent parfois être un peu surpris. J’ai personnellement adoré mon expérience là-bas, si je pouvais y retourner je prendrais un billet d’avion illico-presto. Mais il faut tout de même être conscient de certaines choses, notamment que:

→faire du camping sauvage est la meilleure expérience du monde. Se réveiller sur une plage parfaite ou s’endormir au milieu de l’Outback après avoir fait un feu de camp et mangé des pommes de terre cuites dans les braises, c’est vraiment magique.

Malheureusement ce n’est pas permis partout. Les grandes villes (et les plus petites depuis quelques années) interdisent aux backpackers de dormir dans leurs voitures. Ça parait normal pour certains, injuste pour d’autres, mais c’est le résultat des plusieurs dizaines de personnes irrespectueuses qui laissent leurs déchets par terre, font du boucan près des habitations, manquent de discrétion, etc.

Pour notre part, nous n’avons jamais eu d’amendes. On nous a demandé de nous déplacer une fois, nous avons eu de la chance. Mais nous avons eu énormément d’échos concernant des backpackeurs qui en ont eu, alors prudence!

renmark

Pour vous aider à trouver quelques endroits sympas je vous donne mes astuces:

Snore in Car Map. C’est une carte qui a été faite par des backpackers sur des lieux discrets où dormir. Encore une fois je vous rappelle qu’il est très important de respecter ces lieux pour que les suivants puissent en profiter autant que vous. Cette carte est gratuite.
Wikicamps. C’est une vraie mine d’informations qui présente les lieux payants et gratuits pour camper, mais pas que! Wikicamps indique aussi les douches, les barbecues, les aires de pique nique, etc. Sous format papier il me semble qu’il coute aux alentours de 30$, et l’appli est à 7,99$.
Findacamp. Ce site propose en général des spots de camping payants mais ça peut vous indiquer également quelles zones sont susceptibles d’accueillir les campeurs.
-Pensez également à aller faire un tour sur les sites de chaque état, ils proposent souvent des cartes avec les aires de camping.

Se déplacer en Australie

Le rêve australien va souvent de paire avec un road trip. Quoi de plus jouissif qu’être au volant de sa voiture, l’Outback ou les eaux turquoises qui défilent devant les yeux, des kangourous bondissant sur le côté de la route?

Achat & Location

Pour ma part, j’ai eu la chance d’acheter une voiture avec mon copain à Perth. Pour 5000$, nous avons pu acheter un 4×4 Hyundai Santa Fe de 2003 avec 130 000 km au compteur. Quand on sait que les voitures australiennes bien entretenues peuvent atteindre facilement les 400 000 km, il nous restait de la marge. Je ne vais pas vous dire comment acheter votre voiture, car de très bons articles comme celui des PVTistes ou d’Australia-Australie sont disponibles et très complets.

Au contraire, je vais vous donner quelques pistes qui pourraient vous intéresser si vous n’avez pas l’intention d’acheter une voiture. Premièrement, la solution de substitution numéro 1 est la location. Idéale si vous partez seulement quelques semaines et que vous avez envie d’avoir votre indépendance. De très bonnes compagnies comme Jucy ou Travellers existent et peuvent proposer de bons prix. Lisez cet article pour plus d’infos.

Le covoiturage

Deuxième solution, pensez au covoiturage! De nombreux backpackers recherchent des lifts pour faire le tour de pays afin de partager les frais. Il ne vous reste qu’à ramener votre tente pour la nuit, et à payer le prix négocié avec les conducteurs. Ce prix correspond généralement à celui de l’essence avec un petit bonus qui leur permet d’amortir les nombreux kilomètres parcourus. Vous pouvez facilement trouver des lifts sur les groupes de « Français en Australie », « à Melbourne » etc, ou bien sur Catchalift. Pour plus d’informations sur le covoiturage, cet article peut vous aider.

Les transports

Dernière solution, pensez aux transports. Vous avez probablement pensé aux vols internes. Ceux-ci peuvent s’avérer très avantageux si vous les prenez de nuit. Petit bémol, on ne profite pas de la route, ce qui selon moi est dommage. Le charme de l’Australie réside dans ces routes sans fins aux paysages extraordinaires.

Vous pouvez donc également vous pencher sur le train et le bus. Le train vous réserve des expériences uniques. Certaines lignes mythiques, comme le Ghan d’Adelaide à Darwin ou l’Indian Pacific de Sydney à Perth peuvent vous en faire voir plein les yeux. Les arrêts se font parfois en plein désert, c’est magique. Le prix est sacrément élevé, mais c’est une expérience hors du commun.
Le bus quant à lui peut s’avérer avantageux. Greyhound est la service le plus utilisé, et propose pas mal d’arrêts. Il y a également des tickets Hop on Hop off sur tout la côte Est et jusqu’à Alice Springs.  C’est une solution assez sympa quand on est seul et sans voiture.

Le travail en Australie

On part parfois en PVT Australie dans l’optique de se faire un peu d’argent. Ça marche pour beaucoup, mais si ce n’est pas votre cas, ne démoralisez pas. La concurrence est de plus en plus rude, et les salaires ne s’améliorent pas, au contraire.

→le salaire minimum australien est effectivement entre 18$ et 22$. En théorie, il devrait en être de même pour nous autre mignons étrangers qui débarquons en quête d’une vie meilleure, cependant le marché du travail est tellement concurrentiel qu’il faut être coriace pour trouver un travail correct.
Il n’est pas rare par exemple de croiser des armées d’européens près des zones agricoles, payés 5$ de l’heure (vive la paie au rendement) et parfois non déclarés. Nous en avons fait l’expérience, et travailler 7h à ramasser des fraises pour 25$ la journée, ça démoralise un peu. Evidemment ce n’est pas une fatalité, et nous, comme de nombreux backpackers, avons pu nous débrouiller et trouver des jobs relativement bien payés dans certaines régions.

Il y a énormément de solutions pour trouver du travail en Australie, voici ce qui a marché pour moi:

Gumtree. C’est un peu notre version de LeBonCoin. Il y a vraiment de tout (oui, vraiment, j’ai eu des entretiens pour ce qui s’est avéré être des postes de serveuse en sous-vêtements ou encore de masseuse… avec extra! donc les filles, faites quand même attention. Cependant on peut tomber sur des petits boulots qui dépannent. Mon copain a pu trouver plusieurs missions dans le bâtiment notamment.

-Le calendrier des saison du fruitpicking. On n’a pas toujours réussi à dégoter les jobs, mais ça donne une bonne indication de l’endroit où il faut se trouver selon la saison

-Le réseau! Et oui on y pense pas toujours, mais ce qui nous a le plus aidé ça a été de parler avec les gens qu’on rencontrait sur la route. En échangeant avec les autres backpackers, on a pu faire des rencontres extraordinaires. Mais on a aussi trouvé plusieurs boulots qui nous ont bien aidé.

Et pourquoi pas du bénévolat?

→le helpx est une invention formidable. Ce site est similaire au Wwoofing, c’est à dire qu’en échange de quelques heures de travail par jour, vous êtes logé, nourri et blanchi. Il faut pour cela payer une cotisation sur le site, et vous aurez toutes les coordonnées des personnes inscrites et les missions proposées. En Australie et en Nouvelle Zélande, il y a énormément d’offres. Le Helpx peut également être utile si vous attendez la haute saison pour travailler à certains endroits (dans les hôtels sur la côte Est en été par exemple, ou pour le picking en fonction des régions).

Notre expérience a été plutôt réussie, même si nos hôtes nous voyaient plus comme des travailleurs que comme des étrangers avec qui faire connaissance. Je conseille à tout le monde de tester au moins une fois, ne serait-ce que pour rencontrer de vrais australiens et tester quelque chose de nouveau. Cependant, encore une fois soyez prudent, nous avons régulièrement vu des offres de managers en Helpx, ce qui est clairement de l’abus.
Dans le style du Helpx, vous trouverez également:
Wwoofing
Workaway
Helpstay
Staydu

willespie

Les essentiels du parfait campeur sauvage

Voici une petite liste non exhaustive des indispensables quand on envisage d’être autonome en voiture:

-une glacière
-du matériel de cuisine de base (couteaux, planche à découper, poêle, casserole, assiettes, couverts, épices)
-un réchaud et plusieurs bouteilles de gaz d’avance
-une table et des chaises de camping
-un chargeur de téléphone à brancher sur l’allume cigare
-une lampe de poche et une lampe frontale (essentielle pour cuisiner dans le noir et lire dans la voiture)

Notre chouchou: le vaporisateur à pression! Il nous a permis de faire la vaisselle, de nettoyer la voiture, de se doucher et tout ça en économisant une belle quantité d’eau, ce qui peut s’avérer utile dans le désert. Nous en avions carrément 3, et les chérissions de tout notre cœur! Attention cependant à toujours relâcher la pression après chaque utilisation, sinon ils risqueraient de s’abîmer.

Pensez également à prendre des pulls et des couvertures, car il peut parfois faire très froid en Australie (et oui, ces légendes urbaines…)

En ce qui concerne le wifi gratuit, nous avions élu domicile dans tous les McDo et les Public Library d’Australie. Avec ces quelques conseils et tout Internet, vous devriez être parés pour votre PVT Australie

PVT Australie, je dis oui!

J’espère que ma maigre contribution saura vous aiguiller quelque peu pour préparer votre WHV. Personnellement, c’était sur ces points que j’étais mal préparée.  J’avais pourtant rencontré des organismes, lu des dizaines d’articles, été à des salons… Mais il me manquait une version de l’histoire (et peut être un peu de bon sens il faut le dire). Alors voilà, je vous le dis, l’Australie ce n’est pas aussi parfait que ce que vous pouvez voir sur certains sites. Mais je ne peux que vous conseiller de foncer. Ce pays a été une révélation pour moi.

Devant des paysages aussi majestueux, on se sent tellement petit. Les distances entre chaque ville change complètement notre vision du voyage. Ce n’est plus la destination qui compte, mais le trajet en lui même.

Les oiseaux multicolores et les aigles qui volent au dessus de vous, les kangourous qui sautent sur le bord du chemin, les routes à perte de vue, les paysages qui changent mais ne s’arrêtent jamais de vous époustoufler.
Et surtout, ce petit sourire qui apparaît quand vous vous rendez compte, qu’à ce moment précis, vous êtes totalement libre. Ce sentiment vaut tout l’or du monde.

rainbow beach

Vous pouvez retrouver ci dessous les articles sur mon voyage. J’essaie de donner quelques conseils en terme de camping/douche et de lieux à visiter. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.


Les articles

Le Western Australia:

Perth → Dunsborough
Dunsborough → Augusta
Augusta → Denmark
Denmark & Albany

Le South Australia

Esperance → Ceduna, la traversée du Nullarbor
Le South Australia & le Mungo NP

Le Victoria

Les Grampians & la Great Ocean Road
Melbourne et ses alentours

Le New South Wales

Sydney & les Blue Mountains
Sydney → Brisbane

Le Queensland

Brisbane & la Sunshine Coast
Road trip dans le Queensland

Le Northern Territory

Northern Territory: Les environs d’Alice Springs
Northern Territory: Sur les routes de l’Outback


Et vous, vous êtes partis en PVT Australie? Vous en avez pensé quoi? Et le retour, vous l’avez vécu de quelle manière? Et sinon, ça vous tente? Racontez-moi!

 

Cet article t’a plu ou peut te servir pour un futur voyage?
N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest!

pvt australie