Thaïlande

Kanchanaburi, ses cascades et sa rivière Kwaï

kanchanaburi

Partons maintenant à la découverte de la région de Kanchanaburi. Entre bamboo rafting, histoire sombre et cascades enchanteresses, cette région est la garantie de passer un bon moment.

Lorsque l’on pense à Kanchanaburi, on a tendance à visualiser 2 choses: le pont de la rivière Kwaï et les chutes d’Erawan. Mais comme vous allez le voir, il y a bien plus à visiter. Et encore, je suis loin d’avoir tout vu, car cette région est une vraie mine d’or en termes d’activités. De plus, ce n’est pas encore « trop » touristique, alors si vous en avez l’occasion, foncez!

Comment se rendre à Kanchanaburi?

L’arrivée à Kanchanaburi peut se faire par le train. Pour cela, rendez-vous jusqu’à la gare de Thonburi à Bangkok. Vous pouvez y aller en tuk-tuk ou bien prendre le métro au départ de National Stadium, vous arrêter à Pho Nimit et marcher un peu. Si vous avez le temps, ça peut se faire, sinon privilégiez le tuk-tuk ou le taxi. Comptez environ 150-200 bahts pour ce trajet. Ensuite, il faudra débourser100 bahts par personne pour vous rendre jusqu’à Kanchanaburi.
Le trajet est sensé durer 2h30, mais comptez bien une heure de plus, les trains thaïlandais n’étant pas les plus fiables.

Vous pouvez également prendre des minibus, vous trouverez des compagnies vendant des tickets dans tout Bangkok. Il y en a qui partent de Mochit et d’autres de Khao San Road.

Day 1: Visiter Kanchanaburi

Le Pont de la rivière Kwaï

Une fois arrivés à Kanchanaburi, l’ambiance change drastiquement. La rivière Kwaï s’écoule lentement le long des berges, les locaux font leur lessives devant vous, les enfants courent dans l’eau. Je garde un souvenir émerveillé de notre arrivée ici. Une fois les sacs posés à notre auberge flottante, nous partons explorer la ville. Celle-ci est connu pour son pont tristement célèbre. En effet, si un film lui a été consacré, ce n’est pas pour rien. Pendant la seconde guerre mondiale, l’armée impériale japonaise a forcé plus de 100 000 prisonniers à construire cette ligne de chemin de fer reliant la Birmanie. Plus de 16 000 personnes perdirent la vie, dû entre autres aux maladies et mauvais traitements qu’ils subissaient. C’est ainsi qu’on surnommé cette voie de chemin de fer « la voie ferrée de la mort« .

C’est important de ne pas l’oublier, car aujourd’hui cet endroit est presque folklorique. Le petit train passe, il y a des joueurs de musique et des petites échoppes. Aussi il peut être intéressant de continuer à marcher le long de du chemin de fer, afin de s’imprégner de l’ambiance et du décor, qui soit dit en passant, est superbe.

En ville, vous pourrez également visiter le JEATH War Museum. Ce musée situé juste à côté d’un temple, retrace les étapes de la construction de la ligne de fer et les conditions de vie des travailleurs. Autant dire qu’on réfléchit à deux fois avant de faire un selfie tout sourire devant le pont par la suite…

Bamboo rafting et fous rires

Mais malgré ce passé terrible, l’ambiance est à la fête, et comme partout les Thaïlandais sont souriants et savent vous faire passer un bon moment. C’est pourquoi nous avons ensuite passé l’après midi cette fois ci, SUR la rivière. Car il est possible de faire du Bamboo Rafting directement les pieds dans l’eau. Ces radeaux glissent paisiblement le long de la rivière et nous permettent d’être plongés directement dans la nature. Je dirai que c’est l’incarnation même du calme, ça fait du bien. Je n’ai cependant pas sauté dans l’eau, pour une seule et bonne raison: la plupart des hôtels des environs sont sur l’eau, et l’évacuation de tous les déchets, dont les excréments, se font directement dans la rivière. Autant vous dire que je ne suis pas prête de me purifier dans le Gange!

Nous rentrons par la suite dans notre petite auberge, dont malheureusement je n’ai pas retenu le nom. Perdue au milieu de la forêt et nécessitant un pont d’environ 20 cm de large pour y accéder, ce n’est pas une mince affaire. J’y ai adoré l’ambiance décontractée et « comme à la maison » instaurée par les propriétaires.

Ils nous ont expliqué qu’ils avaient commencé avec 2 chambres, puis qu’ils avaient achetés les autres petit à petit. Résultat: quasiment toutes les chambres sont différentes et on a l’impression de se trouver devant l’oeuvre de toute une vie. La soirée passe tranquillement, le buffet préparé par notre hôte est simple et délicieux. Cerise sur le gâteau, nous terminons cette expérience par un karaoké avec tous les guests et les thaïs du coin. Ce fut un de mes meilleurs souvenirs de Thaïlande.

Day 2: Erawan National Park

Le lendemain, nous nous levons aux aurores, le programme est chargé! Notre hôte nous a réservé un minibus nous emmenant au Parc National d’Erawan. Constitué d’une immense cascade à 7 étages, entourée de végétation, cet endroit est un vrai havre de paix. On y rencontre des singes, mais aussi une nuée de touristes. Alors préparez de bonnes chaussures, allez-y tôt, et montez directement à la septième cascade. Beaucoup de personnes s’arrêtent avant, et vous aurez plus de chance de profiter du calme du lieu.

L’ascension est difficile, l’humidité ambiante m’a fait glisser plus d’une fois dans la boue. Mais à chaque étape, on en prend plein les yeux. Des petits poissons viennent vous chatouiller les pieds (et les gros vous mordent carrément!) pendant la baignade, et par endroit vous trouverez des « toboggans naturels« . Expérience extraordinaire garantie.
Le dernier minibus part à 16h. Si vous êtes en scooter, vous pourrez rester un peu plus longtemps. L’entrée du parc est de 300 bahts par personne.

 

Une troisième journée dans la région

Si la visite de la région de Kanchanaburi peut s’arrêter ici, je vous conseille d’y rester au moins une journée de plus. Vous pouvez par exemple, passer une journée au Ganesha Park. Je n’y ai pas été, mais cet endroit est reconnu pour son grand respect des éléphants qu’il accueille. Dans le même style que l’Elephant Nature Park dont je vous parlais il y a quelques temps, ce sanctuaire récupère des éléphants abandonnés ou maltraités. C’est l’occasion de partager une expérience magique dans un cadre idyllique.

On reste dans le thème: cascades & chemin de fer

Sinon, il y de nombreuses autres choses à faire dans cette région. Je vous propose, si vous n’en avez pas assez des cascades à l’eau turquoise (vraiment, c’est possible?), de prendre la direction des chutes de Sai Yok Noi et Sai Yok Yai. Pour le coup, je vous conseille de prendre un scooter si vous souhaitez vous déplacer librement, mais des minibus et des tuk-tuks feront également l’affaire. Ces chutes sont toutes deux superbes et l’occasion de prendre à nouveau un petit bain en compagnie des locaux.

L’après midi, nous avons opté pour la visite du Hellfire Pass. Ce passage du chemin de fer fut l’un des plus difficiles à construire. On l’appelle ainsi car la vue des travailleurs forcés émaciés à la lueur des lampes la nuit faisait penser à une scène directement venue d’enfer. Je vous laisse imaginer toute l’émotion et le recueillement que dégage ce lieu. Outre cet aspect sinistre, la nature environnante est encore une fois apaisante et luxuriante, c’est vraiment agréable de s’y promener.

Nous avons terminé cette journée par un trajet en train sur cette fameuse ligne de fer. En direction de Nam Tok, ce voyage est tout simplement superbe. On y observe la jungle luxuriante, quelques singes, et l’impressionnant viaduc de Wampo. C’est à faire, si vous passez par Kanchanaburi.

J’espère vous avoir donné envie de visiter cette région, qui a encore bien d’autres choses à offrir. Souvent délaissée car elle n’est pas sur l’axe Bangkok-Chiang Mai, sachez qu’il est très facile de rejoindre Ayutthaya depuis Kanchanaburi en minibus et de continuer ensuite votre périple vers le Nord.

Alors, ça vous tente Kanchanaburi? Ou vous connaissiez déjà la région? D’autres bons plans à partager?

 

Cet article t’a plu ou peut te servir pour un futur voyage?
N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest!

kanchanaburi