mille femmes blanches

Mille femmes blanches est un roman de Jim Fergus. Il nous raconte l’histoire de femmes parties vivre chez les Cheyenne, suite à un accord entre le Chef de la tribu et le Président des Etats-Unis. Paru en 1998, ce fut un Best-seller presque immédiatement. Il a été réédité récemment, et le buzz a continué. Ce roman est comme le chocolat: il se savoure et dès qu’on l’a fini, on en veut encore!

L’histoire de Mille femmes blanches

C’est l’histoire d’un petit-fils à qui l’on raconte que sa grand mère était tellement folle qu’elle est partie vivre avec les Indiens. Longtemps fantasmée et tournée à la dérision, cette anecdote germe dans l’esprit de cet enfant, jusqu’à ce qu’il soit en âge de comprendre. Et si c’était vrai?

Nous sommes en 1874. Little Wolf, chef Cheyenne, propose au Président des Etats-Unis 1000 chevaux en échange de 1000 femmes blanches. Cette proposition, purement pratique du point de vue indien, vise à permettre aux descendants Cheyennes de s’intégrer dans la civilisation blanche. Contre toute attente, le Président accepte, et un premier convoi composé de prisonnières et de patientes psychiatriques leur est envoyé. Parmi elles, se trouve May Dodd, une femme enfermée de force par sa famille dans un asile pour sa liberté de pensée. C’est ainsi que débute une belle et tragique aventure, qui dénonce l’extermination dont été victimes les Indiens.

amerindien

May Dodd, porte parole de la cause indienne

Ce livre est aussi bien un superbe portrait de femme qu’un chant d’amour au peuple indien. L’histoire nous est contée au travers du journal intime de May. Elle nous expose tout au long du livre les croyances et coutumes des Amérindiens, ainsi que son adaptation à sa nouvelle vie de Squaw. Son regard bienveillant sur cette réalité naissante met en évidence la simplicité et la logique de vie des Indiens. Pour ma part, un certain nombre des aspects de leurs pratiques présentés dans le livre m’ont semblé beaucoup plus évidentes et naturelles que ce que nous faisons aujourd’hui. Une culture proche de la nature est forcément plus respectueuse et en harmonie avec son environnement. La sagesse indienne est très forte.

Son ouverture d’esprit et sa force caractère font également de May Dodd un personnage de choix pour dénoncer les pratiques de l’époque. Mille femmes blanches met en lumière le côté pratique et naïf des Indiens. En effet, leur sens de l’honneur ne leur laissait pas présager des actes de l’homme blanc à leur encontre. Leurs terres ont souvent été arrachées par des colons avides pour des raisons de minerais. Ce roman met très bien en exergue le sort qui leur est réservé et l’injustice dont ont fait preuve les Américains. Ça m’a fendu le cœur à chaque ligne.

L’amitié et le respect sont également des valeurs fortes de ce livre. Le choc des cultures, souvent comique, est parfois difficile. La place de la femme prend alors tout son sens, aussi bien du côté des blanches que des indiennes. Celles-ci font preuve d’un courage sans bornes afin de préserver leur tribu et leurs familles.

indien amérique

Le mot de la fin

Mille femmes blanches est un roman très fort qui vous entraîne dans les plaines américaines dès les premières lignes. Cette partie de l’histoire souvent oubliée en France mérite que l’on en parle, même si ce n’est malheureusement pas un cas isolé. Ce roman permet d’en connaitre un peu plus, tout en douceur grâce au savoir-faire de la plume de Jim Fergus.


Parfait pour : Un dimanche après midi pluvieux, quelques pages avant de s’endormir la tête chez les Indiens

Vous l’avez lu? Qu’en avez-vous pensé? Ou bien est-ce que ça vous donne envie?

Comments:

  • MamanHulk

    7 décembre 2017

    J’ai également lu ce livre dont j’avais entendu parlé. J’en suis sortie terriblement émue, pleine d’amour et de colère. Et surtout, encore plus curieuse des Natifs américains. Cet article, quelque part, résonne avec celui ou tu parles des Aborigènes . L’homme blanc n’a vraiment pas toujours de bons coté sur cette planète. Heureusement, il reste quelques hommes (et femmes) de bonne volonté pour expliquer sans haine, sans acrimonie, comme dans ce livre, les modes de vies différents de part le monde. Merci pour cet article.

    reply...
  • 8 décembre 2017

    J’ai adoré ce livre ! As-tu lu la suite ?

    reply...
      • 13 décembre 2017

        Oui ! Et j’ai beaucoup, beaucoup aimé également :3

        reply...
  • 2 janvier 2019

    Clementine ?❤️
    Après ma petite lecture mensuelle de ton blog et de ton recap de 2018 (quelle annee !) je suis tombée sur cette article ! J’ai ADORÉ ce livre que j’ai lu lors de mon road trip/projet artistique durant mes 2 mois en Argentine ! Et ça me fait tant plaisir de savoir que même loin l’une de l’aitre nous sommes toujours connectées par notre amour des livres ?
    Hâte de me balader avec toi dans les contrées Vendéennes !
    Clem alias TweedleDAM ?

    reply...
  • 4 avril 2019

    Ohh j’ai lu ce livre aussi ! j’ai été émue par la force de May, son caractère rebelle. Les récits des violences faites aux femmes m’ont vraiment marquée, c’est terrible… et je découvre dans les commentaires qu’il y a une suite !? il faut que j’aille lire ça !! merci pour la critique 🙂

    reply...

Laisser un commentaire